Le promu et le cacique


Après les difficultés de démarrage, le Gabon Oil National Foot 1 bat son plein au Gabon depuis le 25 janvier 2020 qui a marqué la première journée. Au moment où le championnat a pris son rythme de croisière, quel arrêt sur image et mémoire peut-on faire ?


Depuis la première journée en effet, les quatorze concurrents rivalisent d’adresse pour se positionner de la meilleure façon possible dans un championnat intensif à deux poules.

A la veille de la huitième journée qui se profile à l’horizon, parmi les tendances dominantes, on note le leadership surprise du promu dans la poule A, BOUENGUIDI SPORTS et la résistance d’un cacique dans la poule B, AS MANGASPORT.

Avec seize points pris sur les sept matchs joués, BOUENGUIDI SPORTS est la révélation de la poule A et plus globalement du National Foot 1 dans sa phase actuelle ; l’autre promu, AS DIKAKI, éprouvant la rudesse de la montée en championnat d’élite. Sans complexe, le club de Koulamoutou, fort d’un effectif équilibré dans tous les compartiments, avec un jeu plaisant, mène la barque dans un groupe à priori serré et devance des clubs habitués et bien installés qui toutefois le talonnent : CF MOUNANA (13 points), USO (8 points), AKANDA FC (7 points), AO CMS, STADE MIGOVEEN.

Dans la poule B, après un départ quelque peu tonitruant de l’AS PELICAN lors des deux premières journées, il s’en est suivi un rééquilibrage des rapports de force qui a profité au club expérimenté de l’AS MANGASPORT qui a fini par prendre provisoirement le leadership de la poule (13 points), collé de près comme dans un mouchoir de poche, par l’AS PELICAN (11 points), l’AO STADE MANDJI (9 points), l’USB (9 points) ; le trio du bas de tableau étant tenu par le FC 105 (5 points), LOZOSPORTS (4 points) et MISSILE FC (2 points).

En résumé, bon gré malgré, le Gabon Oil National Foot 1 tient ses promesses en tant que première compétition nationale de football du Gabon : rien ne permet de dire aujourd’hui qui sera vainqueur de la présente édition tellement les adversaires se tiennent même s’il y a des décrochages notables.